Après un temps de relatif éloignement de ma blogosphère, j’ai eu envie ce soir de m’y promener assez longuement et j’ai pris aussi le temps de venir un peu bichonner mon propre blog.

J’ai complété mon index chronologique des entrées que j’avais totalement laissé de côté depuis le début de l’été. J’ai essayé de rentrer quelques tags au moins pour la période récente. Je ne dis pas que je m’amuserai à remonter jusqu’au début de mon blog. Ce serait peut-être fonctionnel mais très fastidieux, exactement le type de tâche digne d’un obsessionnel dans lesquelles je serais tout à fait capable de tomber !

J’ai un peu renouvelés mes liens pour tenir compte de l’évolution de ma blogosphère. A vrai dire je n’en ai pas effacé sauf celui d’un blog désormais clos, la regrettée Boîte à Images de Monsieur Ka. J’ai hésité pour certains qui se font très rare depuis plusieurs mois (que deviens-tu, Lou, toi qui a précédé la plupart d'entre nous dans l'expression en ligne et qui a nous a laissé sur un billet fort triste? Et toi Pati, ou en es-tu de l’écriture de ton livre, reviendras-tu vers le blog ? Hélène, reviendras-tu avec tes belles analyses de bouquins qui étaient un peu réapparues cet été mais qui se font rares à nouveau ?). J’ai hésité pour d’autres que je lis moins, forcément on ne peut tout lire, il faut se laisser du temps pour le plaisir de la découverte. Mais j’ai laissé les liens cependant de ces blogueurs moins assidûment fréquentés pour pouvoir facilement y revenir.

Et donc j’ai surtout fait quelques ajouts.

Dans mes nouveautés il y a des blogs aux profils plus que contrastés dans les contenus comme dans les formes d’écriture. C’est ça que j’aime justement, cette variété.

Ainsi dans la sphère de l’écriture intime apparaissent Juju et Kalyn que j’ai découvertes à partir des commentaires laissées chez Pierre. J’ai découvert là des blogueuses qui vont loin dans la mise en ligne de leur intimité, de leur vie relationnelle, qui n’hésitent pas à les évoquer sans tabou y compris dans leur dimension sexuelle. Au-delà d’elles j’ai exploré par le biais de leurs liens un cercle de blogueuses que j’avais appelé (et je n’étais pas le seul) « les sulfureuses ». C’est aussi ça le plaisir à entrer dans un nouveau blog, cette découverte d’autres liens, d’autres cercles, éloignés de notre propre blogosphère et des habituels renvois que nous nous faisons les uns aux autres. Mais j’ai trouvé surtout au delà de l’image qu’elles donnaient d’abord, des femmes sincères, des femmes blessées, des femmes battantes. Le fait d’avoir croisé l’une d’entre elle chez Pierre cet été bien sûr contribue à entretenir mon intérêt et m’incite à poursuivre mes lectures.

Tout à l’opposé de ces blogs inscrits dans l’immédiateté de la vie de leurs auteures, j’ai mis en lien un blog aux longues coulées méditatives, qui explore l’acte d’écrire, ses rapports avec la vie et avec la douleur. C’est une belle écriture, comme un chant, comme une litanie, qui comporte peut-être pour le lecteur le risque de paraître assez vite tourner sur elle-même. Peut-être donc m’en lasserais-je. Mais pour le moment je la découvre avec intérêt et suis parti me promener un peu au hasard dans quelques unes de ses archives. Certains textes sont magnifiques : je vous recommande ainsi la lecture très personnelle que Franck fait de trois tableaux de Georges de la Tour.

Je deviens un fidèle aussi, dans un genre tout à fait différent, de Lignes de fuite. C’est un blog conforme à la fonctionnalité d’origine de ce format de publication: être un pont, être un lieu d’aiguillage et d’incitation à de nouvelles découvertes. Les billets sont souvent essentiellement constitués d’assez longues citations d’auteurs, suffisamment longues pour qu’on puisse percevoir quelquechose du style et de la matière de l’auteur, offrant des liens permettant d’aller mieux les découvrir, le tout assorti de commentaires courts mais pertinents de l’auteure du blog. Lignes de fuite s’attache spécialement à l’écriture contemporaine mais aussi à des réflexions sur les conséquences de l’entrée dans l’ère du numérique pour la littérature et pas seulement pour elle. A ce titre ce blog est un effrayant pourvoyeur pour moi de Piles à Lire. Je laisse monter les piles, du moins virtuellement, sans désespérer de pouvoir à l’occasion prendre le temps d’aller y voir de plus près. Ce blog se double de surcroît d’un outil très pratique, un répertoire de liens à partir des flux rss qui permet de voir d’un coup d’œil tout ce qui a été actualisé récemment dans la large sélection de sites qu’a constitué son auteure.