Ils l’ont donc exécuté !

Évidemment il y a bien d’autres scandales de par le monde, bien d’autres assassinats, parfois des assassinats de masse, par la répression sauvage ou la misère, bien d’autres raisons de s’indigner, alors on pourrait se demander pourquoi je m’arrête justement sur celle-là alors que je suis plutôt silencieux en général sur la vie du monde, que je parle surtout de mes petits états d’âme et de mes petits plaisirs de lecteur ou de spectateur.

C’est que je suis profondément outré, la peine de mort appliquée au nom de la civilisation, par un acte, froid, délibéré, me paraît l’anti-civilisation même. S’il y a bien une chose qui pour moi restera à l’honneur de Mitterrand c’est d’avoir aboli cette peine de mort et surtout d’avoir eu ce courage de l’annoncer à l’avance, d’en avoir pris le risque électoral.

Là, dans le cas d’espèce en Californie, au-delà de l’horreur même de la peine capitale, il y a encore plus scandaleux. Le condamné cumulait en lui les raisons qui aurait pu permettre de prendre une mesure de clémence à son égard, y compris par un partisan de principe de la peine de mort : un doute persistant sur la culpabilité, une attitude exemplaire tout au long des années passées en prison. Mais non, ces gens là ne connaissent pas le doute, ces gens là ne connaissent pas le pardon, ces gens n’imaginent pas le rachat possible. Et ils ne cessent d’avoir la Bible et le Christ à la bouche... Odieux !