J’entretiens un rapport difficile à mon blog et plus généralement à l’écriture en ce moment.

L’écriture, du moins le type d’écriture que je pratique, favorise la nostalgie : Dans « Théâtre intime » Garcin écrit, parlant de lui-même et comparant son rapport au temps qui passe à celui de sa femme : « Je m’alourdis dans la nostalgie, elle s’allège dans l’avenir et scrute les astres. Je vieillis. Elle rajeunit. Je suis faible, elle est forte comme un arbre plein de sève au printemps ». « Je m’alourdis dans la nostalgie » : oui, je prends la formule pour moi-même. Peut-être que j’en ai marre de m’alourdir dans la nostalgie.

Il y a comme quelquechose de cassé. Comme un trou d’air dans ma motivation. Plus envie d’écrire pour le blog, plus envie d’être dans la pensée constante du billet que je pourrais écrire face à tout ce que je lis, tout ce que je vois, tout ce que je ressens, plus envie de lire les autres, plus envie de suivre le blogomonde pour être prêt à commenter, réagir ou rebondir.

Alors que j’aurais eu le temps pour le faire, je n’ai pas eu, depuis mon dernier billet et avant ce soir ou je me suis un peu rattrapé, ne serait-ce que la curiosité d’aller ouvrir mon blog pour voir si j’avais des commentaires, je n’ai pas été jeter un œil sur mes blogamis les plus proches, je n’ai pas fait tourner mon agrégateur.

Simplement pas envie !

Est-ce juste une simple réaction passagère, un sain réflexe de prise de distance après avoir été en surdose, après m’être senti happé ?

Ou bien est-ce un changement plus profond qui s’esquisse dans mon rapport à la blogovie, à l’écriture en ligne, à l’écriture tout court? Est-ce la fin d’un cycle ?

Ce n’est pas une prise de distance anodine en tout cas. Je sens au-delà du défaut d’envie des questions qui me travaillent. Je les laisse courir, je ne veux pas tenter de les traquer et écrire dessus, le métadiscours sur ma pratique est une des choses dont je me sens lassé justement, mais elles sont là, ces questions, et elles me déstabilisent, me mettent à mal…

Si ça se trouve je serais de retour dès demain ou dès ce week-end avec un long billet sur je ne sais quoi… Peut-être et peut-être pas… En tout cas je ne me forcerai pas…